DAVID GAULT

 

INTERVIEW

PEUX-TU TE PRESENTER RAPIDEMENT ?

Moi c’est David, j’ai 28 ans et à ce titre je suis donc le « vieux » de l’équipe. Originaire de Poitiers mais j’habite sur l’île de la Réunion depuis bientôt 20 ans. C’est un véritable petit paradis où j’ai eu la chance de me découvrir très jeune une vraie passion pour les activités de pleine nature. Anciennement accompagnateur rando et bientôt professeur de écoles, j’aime bosser avec les jeunes et leur transmettre les bonnes valeurs de partage et de tolérance qui sont les piliers de la vie à la Réunion.

COMMENT AS-TU DECOUVERT LE KENDAMA ?

J’ai découvert le kendama grâce à un de mes meilleurs amis, Fred Chauchis (Champion de France 2013 et 2014). Il venait de recevoir un TK-16 un pour son anniversaire m’a montré quelques tricks basics quand je suis venu lui rendre visite à Toulouse. J’ai essayé à mon tour et j’ai été instantanément accro. Le lendemain je me rendais au shop du coin pour m’en acheter un.

DEPUIS QUAND ?

J’ai commencé à jouer à l’été 2011. Après une blessure au genou, le médecin m’a conseillé de faire régulièrement des flexions. C’est à ce moment que j’ai eu l’idée d’allier la rééducation au fun et le kendama était parfait pour ça.

LE MEILLEUR SPOT QUE TU AS RIDE ?

Le site du Piton de la Fournaise à la Réunion, sans hésiter. C’est paisible et les paysages sont démentiels.

TON TRICK FAVORI ?

Difficile d’en choisir un seul. J’adore les tricks d’équilibre en général, comme le lighthouse ou le border balance. J’aime aussi beaucoup les enchaînements de tricks simples à base de changements de grip.

TON « KD PLAYER » PREFERE ?

Là aussi c’est difficile d’en dégager un seul. Dans mes premières années j’étais (et je reste) un immense fan de Keith Matsumura que j’ai depuis eu la chance de rencontrer. Depuis le kendama a beaucoup changé et c’est en grande partie grâce à des gars comme Kris Bosch et Bonz Atron qui sont peu à peu devenus mes modèles absolus.

TON ETAT D’ESPRIT QUAND TU RIDE ?

Je suis un joueur très déterminé. Je n’ai pas de problèmes à passer des heures à tenter des choses difficiles sans forcément réussir. J’ai un but à atteindre et rien de peut m’en détourner.

CE QUE TU PREFERES LE PLUS DANS LE KENDAMA ?

Le sentiment de constante progression que ça me procure. On a la chance de pratiquer une discipline qui ne connait pas ses limites. Tous les jours, de nouveaux tricks sont inventés, et la sensation de maitriser son corps avec beaucoup de précision est quelque chose de particulièrement grisant. Quand les gens me demandent ce qui me fait kiffer dans le kendama je leur répond souvent : « Tu vois ce moment où tu fais tomber un verre de la table par inadvertance et que tu le rattrapes au dernier moment, juste avant qu’il ne se casse, comme un ninja. Et ben le kendama c’est ça mais tout le temps !

TON CONSEIL POUR LES ROOKIES ?

Plier les genoux, prendre de profondes respirations, ne penser à rien d’autre, et le plus important, prendre du plaisir. Je vois parfois des joueurs qui jettent leur kendama de rage et je pense que lorsqu’on atteint ce stade c’est qu’on a perdu de vue ce qu’est l’essence même du kendama : le fun.

LE MOT DE LA FIN ?

Je voudrais remercier toute l’équipe de Nativ Kendama pour l’opportunité énorme que ça représente d’être joueur pro pour une marque aussi soucieuse de proposer des kendamas d’aussi grande qualité. J’espère qu’ensemble on va réussir à faire grandir la scène kendama en France. More players, more fun !

 

FOLLOW US